Comment tu faisais avec un seul slip ?

Cet article aurait pu aussi s’intituler plus élégamment « De l’hygiène en rando-course ». Mais j’ai préféré le titre actuel car cette question me fut posée plusieurs fois à mon retour, principalement par des femmes, d’ailleurs.

Enquiller un marathon de montagne par jour, finir par une étape de 80 km, OK, ça se comprend. Cela peut s’expliquer. Mais n’emporter qu’un seul slip pour 12 jours semble beaucoup plus incroyable. Il est  le tour de force de ce périple !

Voici mon explication. J’avais effectivement un seul maudit slip boxer dans mon sac. Il me servait comme tenue du soir (associé à un collant de course, je vous rassure). Il était enfilé après la douche et donc ne côtoyait qu’un corps tout propret (d’ou sa longévité exceptionnelle).

La journée, j’avais un short avec boxer intégré. C’était donc une sorte de deuxième slip (ah! le tricheur) qui permettait à mes attributs de ne pas se bringuebaler pendant la course. A contrario du slip du soir, le short récoltait une quantité certaine de sueur et autres secrétions. Bien sur, il puait. C’est donc pour cela qu’il faut essayer de le laver souvent (et le t-shirt et les chaussettes…). Je pense avoir lavé mes vêtements 4 fois. Le matériel de sportif sèche assez vite.

Cependant je ne pense pas qu’il faille s’arrêter à l’odeur. Tout le monde pue en montagne : du randonneur aux pieds macérés dans les grosses chaussures au berger entouré d’animaux 24h/24. Puons tous, à l’unisson, dans des paysages magnifiques !

De manière plus sérieuse, s’il y a bien une pièce de matériel à avoir en double, c’est une paire de chaussettes. Celles-ci sont beaucoup plus enclines à puer (macération) et peuvent provoquer un vrai problème d’hygiène si l’on est sujet à une blessure aux pieds (ampoule, crevasse, plaie…).

Donc, voila, l’hygiène en rando-course c’est se laver tous les soirs, garder 2 tenues distinctes (course/refuge) et laver les vêtements quand on en a l’occasion. Pour le reste il ne faut pas être trop regardant ni parano. J’espère que cet article a pu répondre à la plus fondamentale des interrogations concernant ce genre de voyage.

Et je terminerai en paraphrasant une citation des MUL (marcheurs ultra-legers):

Un sac rempli de slips est un sac rempli d’inquiétude.

Cette entrée a été publiée dans CCL. Bookmarquez ce permalien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s