Etape 10 – Larche – Auron

Etape 10 – Larche – Auron (44.9km, 2400 D+, 9h13, 68.000 pas)

Trace GPS sur Strava

Mauvaise nuit avec le ronfleur antipathique, si bien qu’un randonneur ira dormir dans la véranda ! Petit dej’ expédié rapidement. La gardienne se renseigne sur mon itinéraire et me conseille de suivre le large chemin menant au Lauzanier et d’éviter de suivre le GR qui musarde pour rien : je suis sous le charme !

20160719_090356

Lisez le panneau…

En effet on peut suivre une petite route qui s’infléchit doucement mais où gambadent déjà des marmottes. Après un parking, on entre dans le vallon du Lauzanier qui est vraiment magnifique sous cette lumière matinale. J’observe trois marmottons qui se battent non loin du ruisseau qui musarde tel un GR. Après une partie plate, on s’élève vers le lac du Lauzanier : un super spot de bivouac ! Deuxième coup de cul pour un autre lac. Je prends mon temps car le Mercantour, c’est beau ! (souvenir de la traversée de 2002) Enfin, un troisième raidillon dans un énorme pierrier assez technique permet d’atteindre le Pas de la Cavale (+1000 m). Ici les pierres ne s’envolent pas par grand vent, contrairement à ce que prétend une anecdote moisie renseignée dans tous les guides touristiques (phénomène tenant de la mythologie locale, que personne n’a jamais observé récemment, je suppose). Au dessus (2671 m) j’entrevois déjà le menu du jour puisqu’on peut apercevoir Auron et même le Mont Mounier qui sera atteint le lendemain.

20160719_110604

Salso Moreno

Descente sèche puis plus douce dans le Salso Moreno : avec ses dolines on dirait un parcours de golf. Je fais fuir une hermine qui se fait ensuite courser par un piaf. Arrêt caca puis remontée au col de Souches (+180 m) où volent quelques gypaètes. A partir de là, la journée va devenir clairement chiante :

  • Descente sur Bousieyas (-400 m) envahie de végétation qui fouette les jambes. Ravito eau.
  • Col de la Colombière (+350 m) sur une longue piste tout juste non courables (10/15%) en plein cagnard.
  • Descente (-750 m) sur St Dalmas le Selvage qui fait des longs lacets interminables et plats. J’y croise tout de même un gars qui se protège le nez du soleil avec un bout d’alu …
  • A St Dalmas, je voulais un coca mais ne trouve pas l’épicerie (je n’y ai pas mis beaucoup d’efforts).
  • Col d’Anelle de seulement 200m D+ mais qui me semble tellement long sous ce cagnard (même configuration que le col précédent). Arrivé au panneau du col, ça remonte encore un peu !
20160719_111900

Sur la route de la Bonnette

Enfin la libération dans une descente de feu qui – guess what? – tombe directement sur St Etienne de Tinée, sans musarder (-600 m). J’y rencontre mes premières lavandes. En bas je prends une bonne pause pour me rafraîchir, le thermomètre indique 30 degrés. Ravito thé glacé et pain au chocolat.

Chose remarquable : le GR est très bien balisé dans la ville. Après 2 km de plat, c’est reparti pour la sévère montée sur Auron, d’abord en pleine pente, ensuite par des milliers de lacets pour m’emmener au dessus du village. Un nuage aura la bonne idée de me protéger du soleil durant cette terrible épreuve. Il faut ensuite dégringoler la station pour rejoindre l’hôtel. Difficile cette étape (5 cols, ça marque mentalement) surtout à cause de la chaleur. Je me récompenserai par un bon ravito (prévoir 2 dîners pour les 2 gîtes non-gardés à venir). Le coin est assez cher, rien que l’hôtel est à 82 EUR et pourtant pas de toute jeunesse (mais avec TV et wi-fi). Je prends un bain douloureux (écorchures et coup de soleil). Ma semelle de propreté se délite, c’était donc cela qui occasionnait cette sensation permanente de gravillons dans la chaussure …

Resto au White Bar : tapenade, burrata+carpaccio de tomate, burger… plus de place pour un dessert. Une cliente partage ses inquiétudes fondamentales : “je prends la salade César seulement si c’est avec de la laitue car je n’aime pas la mesclun”. En rentrant à l’hôtel, le patron me tient un discours philosophique sur le fait que j’ai de la chance de pouvoir faire ce que je fais alors que lui a dû abandonner le tennis pour sa famille (étant monté jusqu’au 500 ème rang  au classement ATP). Je pense qu’il a bu.

Demain devrait être une étape facile donc je me lèverai plus tard, vers 8h. Je remarque aussi que j’ai mal calculé la suivante (Roure-Utelle) qui devrait faire 43km et non 36.

Cette entrée a été publiée dans recit. Bookmarquez ce permalien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s