Etape 7 – Refuge Terzo Alpini – Briançon

Etape 7 – Ref. Terzo Alpini – Briançon (28.1km, 600 D+, 4h15, 43.000 pas)

Trace GPS sur Strava

Je me lève avec les trois Parisiens qui partageaient ma chambre (un petit cul et un vieux qui se plaint du manque de transports dans le coin : “c’est mal desservi par ici”… restons sérieux). Le temps a définitivement tourné au beau. On est dans les Alpes du sud et – spoiler alert – il ne pleuvra plus jusqu’à la fin ! Ce devait être ma journée de repos mais avec la neige du 14 Juillet et l’étape annulée, je n’en avais pas vraiment besoin à ce stade. Tant pis, on va en profiter quand même.

20160716_072739

Les trois Rois Mages

Dans l’unique ascension du jour (col des Thures, 400m D+), il fait encore frais et je ne quitte pas ma micro polaire. Je surprends en tétras et au sommet, les montagnes se reflètent dans le petit lac Chavillon.

20160716_073602

Mont Thabor (3178m) se reflétant dans le lac Chavillon au col des Thures (2194m)

Je choisis la descente “rive gauche” pour Névache qui commence par musarder mais se transformera en piste de bobsleigh très amusante à dévaler. Dans les prairies exposées de Névache je passe en t-shirt mais remettrai vite la polaire à Plampinet pour  cause de vent piquant. Ici, je quitte le GR5 pour aller directement sur Briançon par la vallée de la Clarée. C’est, certes, un peu monotone mais au moins c’est 15 km de chemins roulants, donc rapides. On peut observer les dégâts des coulées de boue dont une a carrément dévié le cours de la Clarée. Celle-ci passe désormais en forêt et les arbres ont les pieds dans l’eau. Je croise un chevreuil au pelage très foncé.

Apres La Vachette, il m’est difficile de trouver un bon chemin pour Briançon : je me retrouve sur la route nationale et bifurque à gauche pour le Fontenil. Je rejoins finalement le pont d’Asfeld pour boucler l’étape peu avant midi. C’était court mais il faut courir souvent, et parfois sur bitume.

Direction le McDo pour un ravito de prince : le 280 Fourme d’Ambert/Filet-O-Fish/potatoes. Je passe ensuite au Casino pour 3 jours de ravito (on ne traversera que de petits villages jusqu’à St Etienne de Tinée), j’exagère un peu sur la dose.

J’ai pris une chambre à l’hôtel du Mont Brison où je fais une lessive. Les chaussettes laissent s’échapper un doux fumet de Beaufort AOP et relâchent un jus noirâtre. Il était temps de rafraîchir le matos ! Glandouille le reste de l’après midi avec un petit mal de tête (insolation?). Vu le chemin déjà parcouru, j’ai du mal à croire que je ne suis qu’à la moitié de cette traversée des Alpes.

Je me restaure à l’Alpin : une très bonne expérience avec un personnel attentif et très poli. Menu à 31 euros: antipasti avec houmous, carpaccio de Gravlax, magret de canard au porto et une méga crème brûlée. De quoi recharger les batteries !

Cette entrée a été publiée dans recit. Bookmarquez ce permalien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s